Crossing

Crossing
Me voilà de retour du labo après une courte période d’expérimentations. Avec encore des doutes sur ce qu’est réellement la photographie. J’ai suivi les règles, je me suis partiellement converti au zone system, je voulais impressionner mes « pairs ».
Ceux qui ont réussi. Ceux qui font les belles images, celles que l’on voit partout et qui plaisent à tous.
Et puis j’ai vu trois films.
Le Sel de la Terre, sur l’oeuvre de Sebastiao Salgado.
Un documentaire d’Arte sur la photographie conceptuelle, « CONTACTS volume 3 ».
La vie rêvée de Walter Mitty.

Et je crois que j’ai fait fausse route. C’est le sens de cette photo. Croisement de pistes, il est temps de prendre un autre chemin.

Publicités

Ne jamais …

semflex
Ne jamais dire jamais diront certains. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis diront d’autres.
Soit, je devais arrêter la photographie. Mais c’est ainsi, les résolutions de début d’année ont souvent la vie courte, et c’est une petite annonce pour un appareil des années 50 qui m’a fait changer d’avis. J’avais déjà tenté l’aventure avec le boitier en arrière plan, mais celui-ci étant en panne, j’avais renoncé, la mort dans l’âme.
Me voilà donc depuis samedi en possession d’un Semflex bi-objectif, avec l’envie de faire de la photographie. Mais cette fois de la vraie, celle avec les mains dans le cambouis, ou plutôt dans le révélateur. Celle ou il faut prendre son temps, et ou il faut attendre pour se réjouir ou apprendre de ses erreurs. Celle ou les règles de la composition sont plutôt libres, car l’image est carrée, et que cela change tout. Celle ou la finesse des détails surpasse tout ce qui peut se faire en numérique, disons, en restant dans le budget d’un artisan.
Alors à ceux qui pourraient penser que je peux dire tout et son contraire, que je change d’avis comme de chemise, je répondrais par les mots d’Héraclite que seul le changement est constant.